Lancé sur Kick Starter, un jeu de plateau dans l’univers de Conan le barbare va faire son apparition dans tous les magasins très bientôt. Vous n’avez peut être pas encore eu le temps, ou l’occasion, de l’essayer… Redbrickzeblog l’a fait pour vous !

C’est une grosse boîte, une très grosse boîte ! Un gros prix aussi (100 euros environ), quoique dans les prix actuels des jeux de plateau avec figurines…
Au milieu des nombreux jeux du genre déjà existants (Zombicide, Descent, Assaut sur l’empire…) Conan vaut-il cet investissement ?

Du matossss !

Ce qui frappe le plus chez Conan (mis à part son épée) c’est le contenu de la boîte. Gros point fort du jeu, la quantité et la qualité des pièces sont au rendez-vous.
Pas moins de 74 figurines (dans la boîte de base) et c’est peu dire qu’elles ont de la gueule ! Citadelle ne les renierai certainement pas et une fois peinte vous aurez une petite merveille entre les mains (faut il prendre le temps de peindre tout ça !).
Les deux plateaux, recto-verso, sont très beaux en plus d’offrir quatre possibilités de terrains différents (une bataille navale, une auberge, un château, un campement forestier).
Vous l’aurez compris, le jeu est beau et vous en avez pour votre argent !

Gare à la fatigue…

Du côté de la mécanique, nous sommes face à un Gameplay relativement classique dans le genre. Chaque joueur dispose d’une fiche de personnage avec ses qualités et ses défauts. Les résolutions d’actions se font au dès. A noter qu’un joueur doit incarner le maître du jeu.
La seule petite nouveauté réside dans l’utilisation des points d’actions. Les joueurs disposent de gemmes qui représentent leur endurance. Lorsqu’ils dépensent une gemme (une action=une gemme), les joueurs la font glisser dans leur zone de fatigue. Au début de chaque tour les joueurs décident s’ils sont actifs ou en repos, selon le cas, ils récupèrent plus ou moins de gemmes qui étaient dans la zone de fatigue au début du tour. En cas de repos, le joueur passe son tour pour pouvoir récupérer plus de gemmes. Autrement dit, les joueurs doivent bien gérer leurs actions et leur repos pour ne pas se retrouver trop souvent en manque de gemmes. Si un joueur est blessé, il fait passer autant de gemmes que de dégâts subis de la zone de fatigue vers la zone de blessure (il ne pourra les récupérer qu’avec des potions).
Mise à part ce petit point, le fonctionnement est assez classique et se résume grosso modo à poutrer un maximum d’ennemis pour accomplir des objectifs (interroger un PNJ, libérer un otage, etc). Petit point qui mérite d’être souligné, les joueurs (outre le maître du jeu) évoluent en coopératif et tous dans le même tour. Un joueur peut effectuer deux actions, laisser le soin à un équipier d’effectuer une autre action puis rejouer lui même. L’ordre des actions importe peu, le tour des joueurs se termine quand ils ont tous dépensés toutes leurs gemmes disponibles (ou autant qu’ils le souhaitaient).

Cette mécanique de jeu rend Conan fluide et véritablement coopératif. Le jeu prend alors tout son sens à plus de trois joueurs (bien que jouable à partir de deux), les échanges sur la stratégie à adopter et l’ordre des actions étant l’un des principaux intérêts du jeu.
Vous l’aurez compris, sans être une révolution, Conan dépoussière quelque peu les mécaniques des jeux de plateau. Cela donne (comme souvent) un jeu qui séduit surtout par son visuel magnifique et très agréable à jouer en groupe.

On le recommande si :
– Vous aimez les beaux jeux de plateau/figurines (surtout si vous aimez peindre).
– Vous prenez plaisir à jouer des heures en groupe à des jeux coopératifs.
– Vous aimez allier jeux de société et jeux de rôle.
– Vous êtes fan de l’univers de Conan.
– Vous cherchez des jeux dont la matériel peut être réutilisable à d’autres fins.

On le déconseille si :
– Vous préférez les jeux cérébraux aux jeux d’actions.
– Vous n’aimez pas coopérer.
– Vous jouez rarement à plus de deux joueurs.

 

 

 

 

 

PageAccueil

Publicités