Cette semaine au cinéma : florilège de films américains. On vous a préparé une petite sélection du meilleur et du pire des sorties de la semaine avec Comancheria, Infiltrator et Ben-Hur. Comme on présente toujours 4 films sur toutes les sorties, on a choisi de compléter avec un film français : Frantz, de François Ozon.

COMANCHERIA

Jeff Bridges (True Grit), Chris Pine (Star Trek), Ben Foster (Le programme), a prithermomètre-peut-plus-attendreori le casting est alléchant et ça pourrait bien se confirmer par un très bon film !
Deux frères contemplent les dettes de leur mère décédée, impossible de rembourser la banque… sauf avec son propre argent.
Western à la réalisation soignée reposant sur une critique sociale du système capitaliste américain, Comancheria s’annonce également être un face à face superbe entre les deux frères braqueurs (Pine et Foster) et le policier qui les traque (Bridges). Drame, polard, thriller, western, Comancheria est tout à la fois.
Avec le scénariste de Sicario et le réalisateur de Des poings contre les murs, ça ne peut qu’être bien.

INFILTRATOR

Le gouvernement américain a décidé de faire tomber Pablo Escobar alors il enthermomètre-faut-voirvoie un de ses meilleurs agents. Qui de mieux pour s’infiltrer dans un cartel que Brian Cranston AKA Heisenberg de Breaking bad ? Pour sa mission on lui attribue une équipière débutante chargée de jouer sa femme et qui n’est autre que Diane Kruger (oui c’est dur d’être un agent infiltré).
Si le look moustache et vieilles bagnoles des années 80 est toujours sympa à l’écran, pas certain que ce Infiltrator soit un monstre d’originalité. Le film saura toutefois ravir les amateurs de films de gangsters.

BEN-HUR

Rassurez-nous, les producteurs américains ont conscience que ça commethermomètre-navet-+nce à se voir qu’ils nous pondent un remake par semaine depuis 3 ans ?
L’histoire de Ben-Hur vous la connaissez, le prince Judah Ben-Hur (un nom pareil ça s’invente pas) est accusé de trahison (on vous le dit ça s’invente pas) par son frère adoptif et condamné à l’esclavage et l’exil et va revenir pour se venger en faisant des courses de chars. En gros c’est un mixe entre Gladiator et Prince d’Egypte.
Un film épique et spectaculaire qui a malheureusement l’air de n’être qu’un blockbuster dopé à coup d’effets spéciaux sans grande profondeur. Ceci dit rien que pour voir Morgan Freeman avec des dreadlocks ça peut valoir le coup !

FRANTZ

Frantz est un homme mort. Ce n’est pas métaphorique, il est vraiment canéthermomètre-faut-voir pendant la guerre 14-18. Pierre Niney, un soldat français, va rendre visite à la famille de Frantz après la guerre, il dit l’avoir connu en France mais on sent venir l’arnaque. Pour vous la faire courte, il va clairement essayer de pécho la fiancée de Frantz. Super moral comme histoire !
On appréciera certainement le jeu d’acteur, Pierre Niney étant quand même plutôt bon, et la réalisation en noir et blanc, parce que paradoxalement depuis qu’on a la télé en couleur on trouve le noir et blanc stylé…
Seul bémol, rien qu’à voir la bande-annonce on pense déjà avoir compris toute l’histoire, a priori ce n’est pas très original.

 

 

Publicités