Une drôle d’impression de déjà vu, voilà l’effet de la plupart des blockbusters hollywoodiens des dernières années, le paradis des producteurs serait-il en manque d’inspiration ?

Un prequel pour Alien (Prometheus), un remake de Ghostbuster, une suite à Rocky, un nouveau Jurassic Park (devenu Jurassic World) mais aussi Robocop, Conan, Karaté Kid, Total Recall, Point Break, Star Trek, Star Wars, Ben-Hur et déjà annoncés Jumanji, Blade Runner, Tomb Raider, Gremlins et tant d’autres, cela sans compter les franchises (Marvel en tête), Hollywood veut-il boire le passé jusqu’à la lie ?

OVERDOSE

Le remake au cinéma a toujours existé, ou presque, mais il semblerait que depuis quelques années, la tendance soit à l’overdose. Accompagné de ses petits frères et soeurs : reboot, prequel, spin-off, sequel et franchise, le remake est partout et surtout tout le temps !
Le cinéma américain a flairé la machine à cash, la recette miracle : ressortir un succès des années 80-90. Les spectateurs se jettent dans la salle, forcément avides de connaitre les nouvelles aventures de leur héros favoris. Parfois c’est une réussite, le plus souvent c’est une insulte honteuse au glorieux passé…  Car sous couvert de remake, Hollywood a surtout opté pour la facilité, pas besoin d’innover, de créer, d’imaginer, on reprend les mêmes et on recommence, en prenant tout juste la peine de maquiller le tout.
Le tout récent Star Wars 8, copie à peine cachée du tout premier épisode (Un nouvel espoir), en est l’exemple parfait.
Pire encore, le remake ne souffre même plus d’un délai de décence, ainsi Spider-man voit sortir The amazing Spider-man en 2012 soit cinq ans seulement après son dernier épisode et Spider-man homecoming, nouveau reboot est prévu pour juillet 2017.

HOLLYWOOD C’ÉTAIT MIEUX AVANT ?

Si les années 2000 ont eu leur lot de bons films hollywoodiens, c’était surtout la décennie de la saga : Star Wars la seconde trilogie, Le seigneur des anneaux, Harry Potter, Pirates des Caraïbes. Une tendance qui annonçait peut-être déjà la paresse à venir d’Hollywood mais qui ne doit pas occulter les chefs d’oeuvre de la période, côté polard et thriller surtout avec No Country For old men, Memento ou encore Mystic River. C’est aussi et surtout une décennie marquée par les grans noms : Tarantino (Kill bill 1 et 2, Inglorious Bastard) Christopher Nolan (La trilogie Batman, Memento, Insomnia, Le prestige, Inception), Tim Burton (La planète des singes, Big Fish), James Cameron (Avatar) ou encore Clint Eastwood (Million dollar baby, Gran Torino, Mémoires de nos pères, Lettre d’Iwo Jima).
Les années 90 étaient encore plus fastes. Forest Gump, La ligne verte, Fight club, les évadés, Seven, Usual Suspects, Le silence des agneaux, Titanic, Jurassic Park, L’armée des douze singes et bien d’autres… Là encore, la décennie appartient aux grands noms de la réalisation, David Fincher (The Game, Seven, Fight Club), Franck Darabont (La ligne verte, Les évadés), James Cameron, Tarantino et Tim Burton sont, eux, déjà là.
Poussons le vice plus loin, les années 80, surement l’âge d’or du cinéma Hollywoodien. L’époque des sagas Indiana Jones, Star Wars, Retour vers le futur, Alien, Ghostbuster, Terminator. L’époque aussi des derniers chefs d’oeuvre de Kubrick (Shining, Full metal Jacket, Eyes Wild Shut), des meilleurs films de Brian De Palma (Scarface, Les incorruptibles) et des débuts de Ridley Scott (Blade Runner, Alien).
Sur les trois décennies (et même dès 1975), un homme incarnait à lui seul ce qu’était Hollywood : Steven Spielberg. En un peu plus de trente ans, il nous aura donné Les dents de la mer, Rencontre du troisième type, Indiana Jones, E.T., La liste de Schindler, Jurassic Park, Il faut sauver le soldat Ryan, I.A intelligence artificielle, Minority Report et tant d’autres films. Spielberg à lui seul représentait toute la créativité et la capacité du cinéma américain à se renouveler, à proposer toujours quelque chose de nouveau, des films effrayants, touchants mais aussi spectaculaires et pour tous les publics… Depuis 2010 Spielberg ne séduit plus autant (Cheval de guerre, Lincoln, Le pont des espions, Le bon gros géant) et Hollywood semble en manque d’inspiration, simple coïncidence ?

QUEL AVENIR POUR HOLLYWOOD ?

Aujourd’hui, Hollywood peine vraisemblablement à trouver ses nouveaux portes étendards. Si les Tarantino (Django Unchained, Les huit salopards), Nolan (Interstellar), Fincher (Gone girl, The social network) ou Peter Jackson (Le Hobbit) sévissent encore de temps à autre, les piliers du cinéma hollywoodien se font plus rares qu’à une époque. Certains émergent comme Denis Villeneuve (Prisonners, Ennemy, Sicario et bientôt Blade Runner 2) ou J.J. Abrams (Star Trek, Super 8, Star Wars 8) pas assez nombreux toutefois et noyés sous le flot des réalisateurs de blockbusters sans saveurs, impossible à distinguer les uns des autres…
Une dynamique inquiétante pour le cinéma Hollywoodien qui voit la créativité migrer inexorablement vers le format série TV. Game of Thrones, The Walking Dead, Dexter, Stranger Things, Breaking bad, True detective, Sense 8 ont toutes ce qui manque cruellement au cinéma Hollywoodien d’aujourd’hui : de l’originalité.
Peu importe, Hollywood fait du cash. Sans personne pour lui offrir du nouveau (ou sans volonté de le faire), il reprend de l’ancien et nous le vend à la sauce marketing.
Gare toutefois à ne pas trop abreuver le spectateur de remake fadasses, il pourrait se lasser et se détourner vers un autre format… moins cher et plus honnête.

Publicités