Cette semaine c’est la semaine des come-back côté américain ! Le come-back de Mel Gibson, le come-back d’Arthur Bishop le personnage déjà interprété par Jason Statham dans le flingueur. Bref ça hume bon la nouveauté..Une fois n’est pas coutume, le salut pourrait venir des films français.

Blood Father

« Le grand retour de Mel Gibson », voilà comment est présenté Blood Fathethermomètre-navet-+r. On ne va pas se mentir, quand le meilleur argument de vente d’un film est de faire sortir un acteur de sa
retraite, ça ne sent pas très bon.
Si on apprécie le look tatoué/barbu de Mel, ex biker, ex alcoolique, ex taulard (d’après le synopsis qui sait vendre son sujet…), le scénario revu et re-revu où papa doit protéger sa fille de gros-méchants-pas-beaux n’augure rien de bon.
On voit venir le bon gros film d’action sans scénario. D’ailleurs la bande annonce est composée à 90% de fusillades ce qui en dit long sur la stratégie de promotion…
Au programme testostérone, pain dans la gueule et fusillades.

Mechanic Résurrection (le flingueur 2)

Jason Statham est Arthur Bishop, un tueur à gage qu’il avait déjà interprété
dans le flingueur. Bon, un film qui s’appelle le flingueur c’est clair que ça sent pas la palme d’or à Cannes mais le premier volet s’en tirait convenablement. Le problème c’est que ce thermomètre-navet-+premier film correct était surtout porté par le face à face entre Statham et l’excellent Ben Foster (incarnant Lance Armstrong dans le programme) qui jouait alors son apprenti tueur à gage. Ben n’étant plus, Jason doit faire seul et la bande annonce laisse transparaître une suite sans inspiration.
Forcé de reprendre son boulot pour tuer des cibles pour un commanditaire qui a kidnappé sa femme (Jessica Alba), Arthur Bishop escalade des buildings pour faire des trous dans des piscines. Vous vous dites que dit comme ça, ça ne fait pas envie ? On vous rassure la bande annonce non plus.
Au programme re-testostérone, re-pain dans la gueule et re-fusillades.

Nocturama

Bertrand Bonello, à qui l’on doit, entre autre, Saint Laurent (Celui avec Gaspard Ulliel), nousthermomètre-faut-voir propose ici un film dont on ne sait pas trop quoi penser.
Porté par les thématiques d’actualité, Nocturama traite d’un groupe de jeune qui ont manifestement décidés de commettre un attentat. Pas de Jihadisme ici mais plutôt une réflexion sur notre société et sur la place de la jeunesse dans celle-ci.
Volontairement enfermés dans un grand magasin parisien à la tombée de la nuit, les jeunes protagonistes offrent au réalisateur une opportunité de nous livrer un film poétique et visuellement soigné. Seul problème, ça à l’air mou… et quand c’est mou, c’est mou !
Au programme peu de testostérone, pas de pain dans la gueule et a priori pas de fusillades.

Un petit boulot

Serait-ce là le film à voir cette semaine ? Possible. Comme Statham, Romain Duris est thermomètre-faut-voirtueur à gage, sauf qu’en fait il est juste chômeur et que Michel Blanc lui donne du cash pour tuer sa femme. Le synopsis relativement simple laisse la part belle à une déferlante de situation à la fois grotesque et touchante, bien résumée par cet échange :
« – On dit 50/50 ?
– 70/30
– Pour ma femme t’as pris moins
– C’était la femme d’un ami.  »
Vous l’aurez compris Un petit boulot est une comédie mais, adapté du roman éponyme, serait-ce une bonne comédie ? Espérons parce qu’il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent cette semaine…
Au programme pas de testostérone, pas de pain dans la gueule et quelques fusillades mais avec humour.

Publicités